J’ai choisi ma méthode pour apprendre à coder des applications pour iOS

Chers amis,

vous avez été nombreux à m’écrire suite à mon précédent post. Ca m’a fait plaisir de constater que j’avais des lecteurs fidèles, même si je ne publie que peu ces derniers temps.

Vous avez été nombreux à me demander comment j’allais me mettre à coder. J’ai trouvé beaucoup de ressources sur Internet; il y a des livres en téléchargement gratuit (Become an Xcoder, Programmez en Objective-C), des cours complets en Podcast et même un Mooc en français. Aucune de ces solutions ne m’a apporté la réponse que j’espérais. D’ailleurs, la plupart des livres parlant d’Objective-C nous demandent de déjà connaître le C. Certes, il y a une certaine logique, pourtant, ce n’est pas une nécessité et j’ai été découragé par l’idée de devoir replonger dans mes cours de C (avec des livres de 600 pages) avant de pouvoir me mettre à faire enfin ce que je veux : coder en objective-C.

Il y a quelques temps, j’avais voulu me remettre à jour en PHP et pour ça, j’avais suivi les cours de Codecademy; les cours sont très bien faits et ça m’avait rassuré sur mon niveau.
Malheureusement, ils ne proposent pas de cours de programmation pour iOS. Je suis donc allé regarder les concurrents que je connais et je tombé sur CodeSchool.

J’ai testé (et je vous invite à le faire) le premier cours gratuit de programmation pour iOS. L’interface est jolie, bien pensée, fonctionne parfaitement et les cours sont clairs (limpides même). Le gros avantage que je vois dans les cours de CodeSchool est que c’est un apprentissage pratique. Chaque petite étape nous apprend à réaliser une action simple. sans s’en rendre compte, on a passé 20 étapes et appris 20 petites choses qui, mises bout à bout, nous permettent de progresser rapidement.

L’autre avantage que j’y vois est que ces petites étapes sont courtes et que je peux m’interrompre à tout moment. Je peux donc y consacrer 10 minutes ou 2 heures… à moi de décider.

Bref, je suis très motivé par l’idée de coder des applications iOS et j’y consacre un peu de temps.

Je me rends compte aussi que n’importe qui peut le faire. Evidemment, avoir des bases de code est un plus et être cartésien est sans doute une nécessité pour être un bon codeur, mais je pense sincèrement que tout le monde peut suivre ces cours (chacun son rythme) et apprendre à développer. D’ailleurs, si certains sont tentés, je leur recommande de commencer par des cours pour créer des sites web (c’est tout de même plus simple), notamment chez Codecademy (gratuit) ou CodeSchool.

Et vous, envie de vous lancer dans la programmation d’un site web ou d’une application mobile ?

Je suis moins présent, mais je suis là

Cher ami,

tu es sans doute arrivé sur mon site par les réseaux sociaux et tu te demandes sans doute pourquoi je n’écris pas plus régulièrement ?

C’est une bonne question qu’on me pose souvent… la réponse est cruellement ordinaire : je manque de temps.

Au delà du simple fait que j’ai une vie en dehors du web (si si, je t’assure), j’ai également pris la décision d’être présent différemment. Je vais t’expliquer ça.

Tout d’abord, mon emploi me prend beaucoup de temps et, comme j’aime bien ce que je fais et que je veux le faire bien, je me dois d’y consacrer du temps.

Je publie parfois sur d’autres sites, comme dernièrement sur l’incontournable eMarketinglicious; je vais rapidement recommencer à écrire sur Locita (toi aussi, tu peux écrire sur Locita si tu le souhaites).

Enfin, et c’est sans doute ce qui me prend le plus de temps en ce moment: j’ai décidé de sérieusement me remettre à coder. Pour ceux qui me connaissent un peu, c’est ainsi que j’ai commencé ma carrière il y a 20 ans. A l’époque, le PHP n’existait pas et je codais mes premiers sites avec une base de données Access. Depuis, j’ai beaucoup codé pour le web et j’ai délaissé le C. Il faut donc que je m’y remette sérieusement ainsi qu’à l’Objective-C puisque j’ai décidé de publier mes premières applications mobile avant la fin de l’année. Je partagerai peut-être ce périple ici de temps en temps…

Au delà de mon envie personnelle de publier mes propres applications, j’ai la conviction profonde que dès le plus jeune age, tout le monde devrait apprendre à coder; non seulement pour maîtriser ce qui est omniprésent dans le monde dans lequel nous vivons mais d’une façon générale, tout simplement parce qu’apprendre à coder, au même titre que les maths, c’est apprendre à structurer sa réflexion.  J’y consacrerai certainement un article… ou plusieurs.

J’ai également décidé que, désormais, quand j’écrirai sur mon blog, je m’adresserai à toi, lecteur, comme si je t’écrivais une lettre et je te tutoierai, comme un ami (ou pas).

Evidemment, je continue à régulièrement poster sur les réseaux sociaux, surtout sur Twitter @JeremyBenmoussa, simplement parce que je fais une veille quotidienne et que j’aime bien la partager.

Générez gratuitement du trafic en publiant du contenu

Créer une entreprise requiert beaucoup de choses et pour aller droit au but, vous avez besoin de capitaux. Evidemment, l’objectif est de faire fructifier cet investissement et la multitude des offres présentes sur Internet est assez séduisante pour vous laisser penser que votre présence sur Internet peut vous suffire à rentabiliser votre entreprise.

Bien qu’il existe de nombreuses façons d’acquérir du trafic, beaucoup de jeunes entreprises n’ont simplement pas les moyens d’investir dans leur communication. Les nombreux outils présents sur Internet peuvent vous permettre de tout de même vous lancer, gratuitement, et d’acquérir du trafic qualifié, pour peu que vous soyez persévérant et motivé.

Il est évidement agréable pour votre portefeuille de communiquer gratuitement, mais ne mettez pas en opposition les outils gratuits et les outils payants. Bien que vous puissiez sans problème vous lancer sans dépenser un centime en communication, vous atteindrez forcément un seuil ou les outils payants deviendront un allié de choix.

Mais concentrons nous sur les méthodes gratuites pour le moment !

Profitez des forums et des communautés en ligne

Il existe un grand nombre de forums sur Internet et de groupes sur des réseaux sociaux comme Facebook et LinkedIN. Il en existe sur presque tous les sujets, évidement, avec plus ou moins de membres et de lecteurs. L’avantage est que vous vous adressez directement à votre cible, que ce soit une niche ou non.

Avec les communautés en ligne et les forums, vous pouvez construire la réputation de votre entreprise. Montrez ce que vous faites et exposez votre éventail de compétences sur le sujet. Construire une réputation d’expert et gagner la confiance des internautes vous positionnera comme un expert dans votre secteur d’activité.

Faites usage de newsletters

Proposer votre catalogue de produits est sans doute le cœur de votre métier; fournir un contenu intéressant, pertinent et divertissant est un excellent moyen de capter l’attention de vos futurs clients. Vos lecteurs auront plus facilement tendance à faire part à leurs amis d’un contenu intéressant que d’une fiche produit. Plus vous aurez d’inscrits à votre newsletter, plus votre trafic récurrent augmentera.

L’e-Mailing, de manière générale, est le moyen de communication le moins coûteux pour fidéliser vos clients à condition que vos campagnes e-Mailing soient bien réalisées.

Créez votre communauté

Que ce soit autour de votre marque ou de vos produits, vous pouvez créer une communauté autour de vous et de vos expertises. Choisissez vos réseaux sociaux en fonction de votre identité et de votre cible. Certaines seront plus réactives sur Facebook ou LinkedIN alors que d’autres pourraient l’être plus sur YouTube, Pinterest ou Instagram.

Publiez

Ecrivez des articles qui pourraient susciter l’attention des personnes qui ont un intérêt pour votre produit Essayez de rédiger des articles qui fournissent des conseils et des guides pour les amateurs. La rédaction d’articles qualitatifs apportera de la visibilité à votre site Internet.

De nombreux sites proposent gratuitement la publication de vos articles.

Quand les gens trouvent un intérêt dans vos articles, ils ont une bonne chance de suivre la piste pour en trouver l’origine. Inclure un lien ou une brève description de votre entreprise avec l’article augmentera vos chances de gagner ce trafic en simplifiant leur démarche.

Ecrivez un contenu de qualité

Vous devez rédiger un contenu qui soit aussi divertissant qu’informatif. Pas besoin d’être un écrivain professionnel pour écrire, cependant, apportez une attention toute particulière à la simplicité d’accès de vos articles par un amateur, à la structure bien ordonnée de vos articles, à l’orthographe, …

Répétez vos mots clés

Je ne vous conseille pas de multiplier l’utilisation de vos mots clés sans raison, mais plutôt de faire attention à systématiquement les écrire de façon identique plutôt que d’utiliser des synonymes. Ainsi, les moteurs de recherche comprendront plus facilement qu’il y a un lien entre deux articles qui parlent d’un même thème. L’impact sur le référencement est une succession de petites choses, apprenez à les mettre en oeuvre, ça deviendra une seconde nature lorsque vous rédigerez.

Ces méthodes ont l’avantage de générer du trafic vers votre site Internet gratuitement en créant un contenu de qualité et en favorisant sa diffusion tout en donnant un coup de pouce à votre référencement. Il vous faudra tout de même fournir des efforts pour rédiger ces contenus, les mettre à jour, être présent sur les forums.

Ne sous estimez pas le temps que ça vous prendra et soyez conscient qu’il est essentiel que ce travail se fasse sur le long terme, avec un maximum de régularité.

Solutions Gallery : la communauté partage ses modèles pour Google Analytics

Si vous avez un site web, il y a de fortes chances pour que vous utilisiez Google Analytics pour obtenir des statistiques détaillées sur vos visiteurs, leur comportement, les sources de trafic …

Ces derniers mois, Google Analytics a beaucoup évolué, que ce soit en terme d’ergonomie ou en terme de fonctionnalités. Parmi les fonctionnalités que j’utilise fréquemment, il y a par exemple l’analyse en temps réel ou les indicateurs spécifiques au eCommerce.

Il y a aussi la possibilité de créer ses propres rapports. Bien que l’outil soit simple à manipuler et qu’il soit simple de créer ses propres rapports, il sera difficile de créer des rapports complets sans être un expert de Google Analytics. Pour résoudre ce problème, Google a lancé une initiative communautaire ou chacun peut partager ses modèles de rapports : Google Analytics Solutions Gallery.

Ca vous sera sans doute aussi utile qu’à moi tant certains rapports sont bien faits. On peut notamment trouver des rapports axé sur le Social Media, sur la performance du site ou encore sur les sources de trafic. Il y a fort à parier que vous trouverez votre bonheur parmi les nombreux modèles proposés par la communauté.

La recette miracle d’Apple pour vendre autant

Vous pensez peut-être que j’ai mis un titre accrocheur pour vous faire cliquer (de toute évidence, vous avez cliqué); mais non, le titre reflète exactement le contenu qui va suivre…

Je navigue beaucoup sur Internet et, plusieurs fois par jour, je découvre de nouveaux services ou de nouvelles startups en visitant leur site web. Je fais souvent le même constat : ils ne savent pas se mettre en valeur. Certes, ils savent bien mettre en avant leur liste de fonctionnalités, les prouesses qu’ils ont réalisé et parfois même, ils arrivent à expliquer clairement ce que fait leur produit. Pour autant, ça ne le rend pas spécialement “sexy” et je me dis rarement “il me le faut”.

Alors je me suis posé une question : pourquoi quand Apple sort un produit, je me dis qu’il me le faut. Pourquoi quand Nike sort une nouvelle paire de baskets avec une technologie révolutionnaire, j’ai envie de les acheter (alors que je n’en ai clairement pas le besoin). Est-ce que ça serait simplement du à la notoriété de la marque ? à mon appréciation de la marque depuis longtemps ?

En cherchant des explications au delà du classique “mettons-nous à la place du client”, je suis tombé sur une vidéo de Simon Sinek lors d’un TEDx; sa vision est intéressante: alors que la majorité des entreprises expliquent ce qu’elle font et comment elles le font, une entreprise comme Apple va commencer par expliquer “pourquoi”, puis “comment” et enfin “quoi”. C’est le “pourquoi” et le fait d’inverser l’ordre de ce que la marque exprime qui fait toute la différence et qui donne tout son sens à cette communication.

Ce que nous achetons (ce qui me pousse à acheter des produits Apple et Nike plutôt que Dell et Rebook) réside plus dans mon approbation de la philosophie de la marque que dans un produit proposé par une marque et, au final, assez similaire au produit de son concurrent.

C’est ce “pourquoi” qui nous pousse à acheter des produits pour des raisons irrationnelles, juste parce que notre préférence va vers cette marque et qu’elle a construit autre chose que le produit en lui même.

Je vous invite à regarder Simon Sinek exposer sa théorie :

6 erreurs (trop) courantes sur les sites web

A l’origine, j’avais publié cet article en 2010. En le relisant, j’ai constaté qu’il est encore d’actualité (malheureusement). Je vous le propose donc de nouveau, à peine mis à jour.

Au cours de mes nombreuses heures passées à naviguer sur toutes sortes de sites Internet, je vois de plus en plus de sites de qualité, certains ont fait de nombreux efforts pour améliorer leur ergonomie depuis quelques années, mais de trop nombreux sites proposent encore une expérience client très pauvre.

Étrangement, les erreurs courantes sur les sites web sont les mêmes depuis des années … elles sont pourtant globalement simples à corriger.

1. Une mauvaise navigation

Vos visiteurs sont à la recherche d’une information ou d’un produit. La navigation doit être extrêmement simple et intuitive pour que l’internaute comprenne tout de suite comment naviguer à travers votre site. Votre menu doit être positionné au même endroit sur toutes les pages de votre site.

Si votre système de navigation n’est pas évident, vos visiteurs se décourageront rapidement et quitteront votre site. N’essayez pas de réinventer la roue. Cette partie de votre site doit être fonctionnelle et efficace, ce qui, heureusement, n’est pas incompatible avec jolie.

2. Utilisation abusive de Flash

Flash a son utilité, c’est certain. Il permet d’animer un site Internet et de le rendre plus ludique que s’il était uniquement développé en HTML.

Mais l’utilisation de Flash est accompagnée de nombreuses contraintes en termes de temps de chargement, de conception, d’évolution, de bande passante, sans même parler du fait que ça soit un plug-in qui doit au préalable être téléchargé et que Flash n’est pas lu par les appareils mobiles Apple et qu’ils représentent sans doute entre 15 et 20% des visites de votre site web.

Pour ma part, j’aurais tendance à tout simplement me passer de Flash. Il existe de nombreuses autres méthodes pour animer votre site Internet uniquement avec du code : Ajax, CSS3 et bien sûr HTML5.

3. Evitez les pop-ups

Il y a deux raisons d’éviter les pop-ups :

  • C’est intrusif et ça complexifie la navigation pour des internautes qui ne sont pas experts et ne maîtrisent pas forcément l’utilisation de plusieurs fenêtres
  • Les anti-pop-ups sont de plus en plus présents dans nos ordinateurs et même intégrés aux navigateurs les plus courants. Vous n’êtes donc pas certain que votre contenu sera affiché à vos visiteurs

Si vous tenez absolument à mettre en avant un contenu, favorisez l’utilisation d’un overlay.

4. Trop difficile de vous contacter

Inspirer confiance à vos visiteurs est essentiel pour votre site Internet, spécialement si c’est un site de vente en ligne. Permettez- leur de vous contacter le plus simplement possible en mettant en avant le numéro de téléphone de votre service client, un formulaire pour vous contacter ou un compte Twitter.

Simplifier le contact avec vos clients ne peut être que bénéfique pour vous, alors que vous rendre difficile à contacter a un impact très négatif.

5. Ralentir le chargement de votre site

Les internautes sont impatients et intolérants, vous n’avez que  16 secondes pour convaincre un visiteur de rester sur votre site Internet.

Le temps de chargement de votre site Internet peut avoir un impact dramatique sur votre taux de rebond (nombre de personnes quittant votre site dès leur arrivée). Optimisez au maximum le code source de votre site Internet, le chargement des fichiers externes (Java, CSS, …) et surtout des images.

De plus, sachez que Google prend en compte la rapidité de votre site Internet pour en définir la qualité et donc, votre présence dans les résultats de recherche de Google.

6. Mauvaise ergonomie

Une bonne ergonomie de votre site Internet permet une bonne lisibilité et un accès plus facile et intuitif pour vos visiteurs.

N’essayez pas de mettre toutes les informations que vous souhaitez afficher sur une seule page, essayez plutôt de mettre uniquement les informations les plus importantes et d’organiser votre site de façon à ce que les autres pages soient accessibles par d’autres moyens.

Ca vous dérange ?

Qu’est-ce qui vous dérange le plus lorsque vous naviguez sur des sites web ou des sites de vente en ligne ?

Les humains sont-ils déjà devenus immortels ?

Je suis passionné de nouvelles technologies; de toutes les nouvelles technologies. Si j’adore jouer avec mon iPhone et que je suis l’actualité des start-ups, je reste pourtant profondément convaincu que c’est dans d’autres sphères que se jouent actuellement les plus grandes évolutions technologiques que l’humanité n’ait jamais connu et que leur impact bouleversera profondément nos vies.

Laurent Alexandre est le fondateur de DNAvision (et anciennement de Doctissimo). Un homme brillant que j’ai découvert il y a quelques semaines et qui s’était exprimé à Tedx Paris le 6 octobre 2012. Il revient sur la croissance fulgurante qu’a connu l’espérance de vie humaine au cours des 250 dernières années, passant de 25 à plus de 75 ans. Il met également en perspective la progression des NBIC (en gros, les nanotechnologies) au cours des 30 dernières années; un progrès si rapide qu’il pose une question fondamentale : sommes-nous déjà devenus immortels ?

La question peut sembler surréaliste et pourtant, elle a du sens. Aujourd’hui, la médecine est déjà en mesure de créer certains organes de façon entièrement synthétique et de les greffer sur des humains. Les nanotechnologies permettent déjà de guérir de certains maux et, à n’en pas douter, les prochaines années feront l’objet d’avancées majeures dans ce secteur. Il est donc raisonnable de penser que d’ici quelques décennies, la science sera en mesure de soigner de n’importe quelle maladie ou, dans le pire des cas, de remplacer certains de nos organes par des organes synthétiques. Notre espérance de vie pourrait donc rapidement passer de 75 ans à 120 ans. D’ici là, les progrès nous permettront encore d’augmenter notre espérance de vie de 120 à 150 ans… et ainsi de suite. Qui sait, les premiers humains à vivre 1 000 ans sont peut-être déjà nés.

Ca parait fou, certes, mais c’est une hypothèse réaliste si l’on considère la rapidité des évolutions de la science et plus particulièrement des NBIC.

D’ailleurs, bien que les NBIC soient un sujet totalement oublié par les gouvernements européens, il semblerait que Google soit au cœur de ces recherches et possède déjà un tiers de l’expertise mondiale sur le sujet.

Je vous laisse apprécier l’interview de Laurent Alexandre sur BFM et son intervention durant TEDx Paris :

8+ 3 applications iPhone pour être plus productif

S’il y a un objet dont je ne me sépare pas, c’est mon smartphone. Au delà de l’addiction dont je suis la victime consentante, mon iPhone m’est très utile dans ma vie professionnelle.

La fonction dont je me sers le moins, c’est le téléphone. Parler est avant tout un acte social et ça prend un temps fou. Dans mon cas, une conversation de 5 minutes peut facilement se remplacer par un message de 3 phrases.

En revanche, je me sers beaucoup des applications. Voici les 8 applications (+3) qui me sont les plus utiles pour être productif :

  1. Focus Time est une application qui vous aide à organiser votre journée de travail sur un principe simple : ne faire qu’une seule chose à la fois pendant un temps donné. nous sommes trop sollicités quand nous travaillons (email, réseaux sociaux …). Focus Time propose simplement de vous concentrer sur une seule tâche durant 25 minutes puis de faire une pause de 5 minutes et de recommencer. Ainsi, votre cycle de travail est simple et le fait de ne faire qu’une seule chose à la fois vous permet d’être plus concentré et d’avancer plus vite.
  2. J’utilise Dropbox depuis plusieurs années. C’est devenu mon disque dur. J’y mets tous mes fichiers pour que ceux-ci soient accessibles partout, tout le temps. C’est pour moi une sorte de solution de sauvegarde en temps réel. J’utilise Google Drive depuis moins longtemps mais son usage est particulièrement important pour moi grâce aux Google Docs que je peux éditer depuis n’importe ou et surtout depuis n’importe quelle plateforme. J’utilise un Mac et un PC et de ne pas me soucier de la récupération de mes documents ni de leur format est tout simplement très pratique et un vrai gain de temps.
  3. Google Chrome et Google Maps sont de très bons outils et permettent de se synchroniser sur plusieurs appareils, notamment entre mon iPhone, un Mac et un PC (ce que ne sait pas faire Safari). Encore une fois, très pratique de ne pas se soucier de la synchronisation et de laisser Google faire le nécessaire automatiquement.
  4. Clear est une application de “to do”. Elle s’est rapidement fait un nom grâce à une ergonomie très travaillée. Pour ma part, c’est sa simplicité qui m’a séduit et me fait gagner du temps. Je l’utilise pour les tâches du quotidien aussi bien dans un cadre professionnel que pour faire ma liste de courses.
  5. Producteev est également une application de “to do”; celle-ci est beaucoup plus complète et parfaitement adaptée à un usage professionnel et collaboratif.
  6. Au delà de l’intérêt de Buffer en terme de gestion des publications, l’application Buffer  m’est très utile pour publier sur mes principaux comptes à partir d’une interface unique et seulement en quelques clics.
  7. Je stocke dans Pocket tout ce que je vois passer, dont le titre me semble intéressant mais que je n’ai pas le temps de lire ou de regarder sur le moment.
  8. J’ai remplacé le calendrier natif de mon iPhone par Fantastical 2. J’ai été séduit par l’interface aussi bien que par les fonctionnalités et l’usage très simple. Par ailleurs, j’ai tout de même conservé Mynd que j’utilise peu mais qui est selon moi un très bon calendrier. Non seulement Mynd est une très belle application (sans doute le plus beau calendrier sur iOS), mais il y a également des fonctions uniques que j’ai trouvé intelligentes. Par exemple, au lieu de créer un rappel X minutes avant un rendez-vous, Mynd va automatiquement calculer le temps de trajet nécessaire entre votre position actuelle et le lieu du rendez-vous et vous avertir quelques minutes avant que vous deviez partir pour ce rendez-vous.
  9. Amazon n’est pas à proprement parler une aide pour ma productivité, c’est en revanche une application qui me permet de gagner beaucoup de temps. J’en dirai  sans doute autant d’Auchan ou Carrefour le jour ou ils auront des applications dignes de ce nom qui me permettront de faire mes courses en quelques clics.

Et vous, quelles sont les applications qui vous font gagner du temps et vous aident à être plus productifs ?

Pourquoi envoyer une newsletter ?

Je suis toujours très surpris de voir le nombre d’e-Marchands qui n’envoient pas de newsletter, mais encore plus de constater que les dirigeants n’en comprennent pas les enjeux.

Vous faites sans doute beaucoup d’efforts pour acquérir du trafic. Vous faites sans doute beaucoup d’efforts pour transformer ces visiteurs en clients et pour augmenter le panier moyen. Vous vous assurez que vos clients reçoivent bien les produits commandés dans un délai acceptable et au final, si toutes ces étapes se sont bien passées, votre client est satisfait.

Mais satisfaire vos clients ne suffit pas !

Ca ne suffit pas pour rentabiliser votre site Internet. Bien que cet effet s’amenuise avec le temps, vous payez pour chaque client qui vient effectuer son premier achat sur votre site. Vous payez de l’achat de mots clés, votre présence dans un comparateur de prix, votre affilieur … bref, la première commande d’un client a un coût d’acquisition non négligeable.

Mais une fois que ce client vous a donné son adresse email (c’est aussi valable s’il n’a pas commandé), vous pouvez le solliciter … tant que vous respectez les bonnes pratiques du emailing et la loi sur le respect de la vie privée.

Votre stratégie de fidélisation passe par l’eMailing. C’est à la fois la solution la plus simple et la moins coûteuse. Mais ne confondez pas email et emailing. Envoyer un email demande une vraie préparation, une vraie stratégie et un vrai routeur pour vous assurer que vos emails arriveront chez l’ensemble de vos destinataires.

Il existe plusieurs solutions très simples à utiliser (Mailchimp, Mailjet, Simple Mail, …) et ont globalement 3 avantages :

  • très simple à utiliser
  • ils permettent de mettre en place de vraies stratégies de mailing
  • un coût très faible

Les internautes sont très sollicités et au final, assez peu fidèles; tout du moins, ils ne le deviennent pas après une seule commande. Envoyer une newsletter est une sollicitation assez peu intrusive (selon moi) qui vous permettra de continuer à exister dans l’esprit de vos clients jusqu’à ce qu’ils aient de nouveau besoin de vos services et ces commandes, générées après l’envoi de quelques emails, vous auront coûté quelques centimes contre quelques euros pour la première commande d’un Internaute.

Fidéliser vos clients est donc l’une des clés essentielles de la rentabilité de votre site de vente en ligne et l’eMailing est l’outil inévitable pour y parvenir.